Oser prendre le risque de...

Je ne connais pas plus prudente que moi.
Je suis LA nana par excellence qui ne prend pas de risque. Qui ne prenait pas de risque, devrais-je peut-être écrire...

Je n'osais pas, ainsi je n'échouais pas !


Paradoxalement, je suis quelqu'un de créative depuis aussi loin que je me souvienne. J'étais la reine du crocodile en perles de rocaille, j'ai griffonné le portrait de tous les chanteurs que j'adorais au collège (Hélène Ségara et Patrick Bruel, si si...), j'ai noirci des pages et des pages de poèmes en troisième puis au lycée, j'ai essayé tous les loisirs créatifs possibles et imaginables, du patchwork sur carton-mousse (si si..) au scrapbooking, de la peinture au tricot, de la couture au crochet...

Créer, c'est extérioriser. Créer, c'est donner un espace d'expression à ma (trop grande) sensibilité. Créer, c'est se mettre à nu.

Créer, c'est aussi prendre le risque. Créer, c'est se donner la possibilité de louper. 

Je me dis parfois que c'est sans doute la soupape qui m'a permis de ne pas devenir complètement givrée.

Mais de tout temps, je créais pour moi essentiellement, terrorisée à l'idée qu'on se moque de moi ou qu'on me méprise.

Heureusement, j'ai grandi, et aujourd'hui, comme je vous l'expliquais par là, je dissocie beaucoup mieux la réception du travail que je fournis de l'estime que l'on me porte. En clair, on peut fabriquer de la merde et être une belle personne, ouf ! (30 ans pour comprendre ça, elle n'a pas inventé le fil à couper le beurre, l'Eulalie...)

Quel est le risque réel de créer "au grand jour" ?

Le vrai risque, c'est la mort. Or, personne n'y échappera, alors qu'a-t-on à perdre, franchement ?

L'heure est donc venue d'oser.
Et il se pourrait bien qu'un livre voie le jour...  #teasingencarton

 

Commentaires

  1. bousculer sa zone de confort... c'est oser prendre des risques et ainsi être dans la vie !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire