La jolie petite histoire du vélo sans petites roues

Cette année, le printemps a apporté avec son vent de renouveau un petit élan de motivation qui a poussé notre grand garçon a enlever les petites roues de son vélo. 

Je me souviens parfaitement de la séance inaugurale où, pliée en quatre, je courrais en le maintenant par la selle. J'ai surtout gardé la mémoire des courbatures de folie qui s'en sont suivies, au moins quatre jours durant, jusque dans des muscles dont j'ignorais l'existence. 
Les premières séances furent éprouvantes, tant pour les parents endoloris que pour le schtroumpf frustré de ne pas progresser autant qu'il l'aurait voulu. 

Hasard ou pas, un cycliste passant par là s'arrête et nous prie de l'excuser de nous déranger. Il nous explique alors que lorsqu'il apprenait le vélo à ses enfants, on lui avait conseillé de les tenir grâce à une écharpe passée sous leur aisselles, et que la technique s'est avérée concluante, comprendre indolore et rapide !

Nous remercions pour le conseil et décidons de tenter le coup la fois suivante. Incroyable mais vrai, notre loulou progresse plus vite tandis que nous restons frais comme des gardons.

Les semaines passent et l'emploi du temps familial ne nous permet pas d'entraîner notre cycliste. Mais les discussions de pause café font que j'en parle avec quelques collègues ayant des enfants du même âge ou presque. Personne n'a jamais entendu parlé de la technique de l'écharpe. Sans doute titillées par cette possibilité de torcher l'apprentissage du vélo sans petites roues en deux coups de cuillère à pot, voilà qu'elles reviennent à tour de rôle le lundi matin en criant victoire : leur mioche sait enfin rouler !

Ni une ni deux, on remet l'élève en selle, et bingo, IL ROULE ! Comme on ne fait pas les choses à moitié, on entraîne aussi la petite sœur, qui prend son envol à son tour, deux heures plus tard. 

Même s'il ne me lira sans doute jamais, je remercie chaleureusement ce monsieur qui a pris la peine de s'arrêter sur le bord du chemin pour partager ce secret semble-t-il bien gardé. Il a gagné les remerciements de mes collègues, par la même occasion !

Cette petite histoire du vélo sans petites roues me touche, parce qu'elle est avant tout une histoire de partage d'expériences, de sympathie entre parents qui sont tous dans la même galère !
Je pense que nous nous en souviendrons longtemps !

(Et si vous voulez en savoir plus, j'ai trouvé cette vidéo qui montre en quoi ça consiste)

Commentaires

  1. Bel exemple de partage, gratuit mais qui aide vraiment les autres !!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire